jeudi 12 juillet 2012

Vers le début d’une nouvelle aventure…


Comme vous l’aurez sans aucun doute remarqué, le rythme des publications de My Califorwine View s’est quelque peu ralenti.

Le bilan de l’année 2011, publié en avril dernier, concluait ainsi mon expérience unique, de près de deux ans, en Californie.

De la Champagne à la Californie,
en passant par la Bourgogne...
What will be next?
Depuis, le temps a été à la réadaptation à la vie en France et est consacré à la recherche active de nouvelles opportunités professionnelles afin de continuer à enrichir mon parcours.
Concentrée sur cette nouvelle tâche et malgré une veille quotidienne de l’industrie du vin dans son ensemble, j'ai choisi de marquer une pause  sur ce blog qui m’est cher.

Je ne manquerai pas de revenir vers vous, dès qu’une nouvelle porte s’ouvrira à moi, afin de continuer à vous faire découvrir l’univers vin que j’affectionne avec passion.

Après la Californie, ses vignobles, ses vins, ses forces en présence et leurs outils infaillibles pour ouvrir le monde du vin au plus grand nombre, l’aventure prochaine reste encore à écrire. Je vous dis donc à bientôt ! 

mardi 29 mai 2012

2012 : l’année des réseaux sociaux ?


Au cours de l’année 2011, Able, agence dédiée au marketing digital basée à New-York, a conduit une étude comparative auprès des professionnels du vin en France et aux Etats-Unis portant sur leur utilisation des nouvelles technologies et plus particulièrement des réseaux sociaux.


Able Social Media Marketing
Au total, 285 domaines américains et 243 domaines français y ont répondu.
Ainsi, alors que 94% des domaines américains interrogés sont présents sur le réseau Facebook, seulement 53% des domaines français sondés le sont. Des tendances similaires ont été retrouvées concernant les réseaux Twitter et YouTube.

Comme nous l’avions déjà vu dans Internet, le vin et les réseaux sociaux, les domaines américains sont actifs en ligne et cette étude montre qu’ils en tirent de nombreux bénéfices. En effet, Facebook les aiderait à générer des ventes pour 47% d'entre eux, contre seulement 9% des français. Ils utilisent également leur site Internet pour vendre du vin à 72% alors que côté français ils ne sont que 36%. 
Aux Etats-Unis, Facebook semble être LA plateforme idéale à la génération de ventes alors que Twitter semble préféré pour se faire connaître. Dans ces deux cas, ces outils semblent prouver leur efficacité à impliquer les consommateurs et à les conduire au domaine.

Enfin, il est intéressant de noter que côté américains, l'activité en ligne a désormais toute sa place puisqu'une personne dédiée est en charge de créer et publier du contenu sur les réseaux sociaux pour 49% des domaines, alors que côté français ils ne sont que 19% à avoir choisi cette voie.

En 2012, la plupart des domaines français et américains ont prévu d’augmenter leur activité en ligne. On dit qu’elle sera, pour l'industrie du vin, L’ANNEE des réseaux sociaux, qu’en pensez-vous ?

Pour accéder à l’étude complète, cliquez ici : Able Social Media Marketing

vendredi 4 mai 2012

De la Bourgogne à l'Oregon : le Pinot Noir s'exprime !


Les films documentaires sur le thème de la vigne et du vin ont le vent en poupe ! Après "Harvest" de John Beck, "A year in Burgundy" d’InCA Productions, basée à Mill Valley en Californie, nous emmène en Bourgogne. Guidés par Martine Saunier, française d'origine, première femme à avoir créé une société d'importation de vins aux Etats-Unis en 1979, amoureuse des vins du monde et de Bourgogne, en particulier, nous sommes invités à suivre le travail de sept domaines viticoles familiaux, au fil des quatre saisonsEn voici un petit aperçu : 



C’est à l’occasion de la 26ème édition internationale célébrant le Pinot Noir (International Pinot Noir Celebration - IPNC) à McMinnville en Oregon, qui se tiendra du 27 au 29 juillet prochain, que ces 90 minutes seront dévoilées au grand public.


IPNC
Le cépage Pinot Noir est bien sûr un des cépages identitaires et roi en Bourgogne, à tel point que beaucoup pensaient qu’il ne pourrait se plaire ailleurs dans le monde. 
De nos jours, son succès est reconnu en Oregon, en Nouvelle-Zélande mais aussi en Californie, où il a vu, malgré ses 4% de parts de marché, progresser ses volumes de 12% l'an passé (Source : Wine Institute). Il est également présent en Australie, au Chili, en Afrique du Sud et au Canada, notamment.


Le Pinot Noir révélera une nouvelle fois toute sa diversité durant cet évènement qui rassemblera de nombreux amoureux de bons vins, de la bonne cuisine, en bonne compagnie !

jeudi 26 avril 2012

La force du vin aux Etats-Unis ne peut laisser indifférent...


Dès le mois de janvier dernier, 2012 s’annonçait déjà, aux Etats-Unis, comme une année où les consommateurs seraient à l’honneur.

A la lecture du bilan 2011 des ventes de vins aux Etats-Unis, communiqué par le Wine Institute le 22 mars dernier, on ne peut que constater qu’ils sont effectivement le moteur de cette croissance.

Wine Institute
L’année 2011 a en effet confirmé ce que beaucoup prévoyaient. Ainsi, suite à dix-huit années consécutives de croissance en volume, le marché américain tient désormais une place enviée sur la scène internationale. Avec l’équivalent de 4,164 milliards de bouteilles vendues, en hausse de 5,3% par rapport à l’an passé, le vin aux Etats-Unis continue de voir la vie en rose et les vins de Californie, en particulier, qui détiennent 61% du marché.

Wine Institute
Comme nous avions déjà pu le voir sur les marchés exports, la performance des vins américains, et de Californie, en particulier, se confirme sur leur propre territoire. Les ventes de vins californiens aux Etats-Unis ont ainsi progressé de 5,6% en volume pour atteindre  l’équivalent de plus de 2,5 milliards de bouteilles pour une valeur estimée à 19,9 milliards de dollars.

O'Brien's Market, Modesto, Californie
Nous savions le système de distribution des vins aux Etats-Unis complexe et leur libre circulation sur ce marché loin d’être effective. Il semblerait toutefois que les choses avancent dans le bon sens. De nombreux opérateurs saisissent ainsi de nouvelles opportunités dans la vente directe, notamment, le nombre d’Etats acceptant ce type de transaction étant désormais étendu à 39. 


Les nouvelles technologies d’Internet, les réseaux sociaux mais aussi celles développées pour les mobiles, ont également joué un rôle important. Le vin est désormais accessible à tous et partout, il se démocratise davantage.

Central Coast, Mars 2012
Si l’on regarde plus en détail du côté des canaux de distribution, la vente de vin en restauration semble avoir retrouvé des couleurs même si la grande distribution continue à dominer le marché. Sur ce dernier segment, selon l’agence AC Nielsen, les ventes de vins ont ainsi progressé de 2% en volume et de près de 4% en valeur. Les vins de Californie et en provenance d’autres Etats américains étaient quant à eux en progression de 4% en volume lorsque les vins importés reculaient de 1%.

Parmi les catégories de vins vendus, on retrouve en tête les vins de table (vins tranquilles inférieurs ou égaux à 14% alc), en progression de près de 5%. Ils sont suivis par les vins dits de dessert (vins tranquilles supérieurs à 14% alc.), en progression de plus de 4% puis par les vins effervescents et Champagne qui, bien que ne représentant que près de 5% du marché, ont enregistré la plus forte progression à plus de 13%. 

Alta Maria Vineyards, Mars 2012
Concernant les caractéristiques des vins vendus en 2011, on retrouve en tête les vins de cépages Chardonnay, Cabernet Sauvignon, Merlot, qui restent ou redeviennent populaires, pour le dernier, quand d’autres ont connu une progression impressionnante comme les véritables phénomènes que sont devenus le Moscato, les "Sweet Red" (à base de Syrah, Zinfandel et Merlot, notamment) et autres vins sucrés, mais aussi le Malbec, le Pinot Noir ou encore les vins rouges d’assemblage, de style Bordeaux.



On est aussi revenu sur les vins boisés, riches en alcool, pour une utilisation plus neutre du bois afin de préserver, retrouver les arômes identitaires des cépages, pour des vins plus naturels.

Le mot terroir est en effet de plus en plus utilisé, non plus à des fins que l’on pouvait penser commerciales mais bel et bien car cette notion commence à prendre tout son sens dans le vignoble de Californie, comme c’est aussi le cas de leurs noms d’appellations, même si l’usurpation de certaines reste encore d’actualité.

Taste of Lodi, Septembre 2010
L’industrie du vin aux Etats-Unis a ainsi compris, et ce depuis de nombreuses années maintenant, que c’est en offrant :
-De la diversité, tant au niveau gustatif que du packaging,
-Du ludique et de l'accessibilité par un oenotourisme développé et des évènements nombreux et adaptés,
-Des outils de communication originaux et des messages ciblés,
tout en restant à l’écoute de ses consommateurs, que nous savons ici aventureux par nature et extrêmes dans leurs choix parfois, que ceux-ci se tourneront sur le vin plutôt que sur d’autres boissons.


Chimney Rock, Napa, Mars 2012


Même si les recommandations restent importantes (les systèmes de notations, les critiques, les enchères,...), c’est bien la caution des consommateurs qui est ici recherchée dans un pays qui n’était pas traditionnellement consommateur de vin. 



Ce message me permet ainsi de clôturer cette immersion de près de deux ans en Californie en vous faisant partager ce bilan 2011 qui annonce des années à venir encore riches, à tous points de vue, pour le vin aussi bien dans les pays du "Nouveau Monde" qu’au sein des pays traditionnellement producteurs. 

Le marché américain est un marché complexe, au rythme soutenu, qui pour l’appréhender nécessite d’y consacrer du temps. Le dénigrer serait, de mon point de vue, une grossière erreur, d’autant qu’il leur faudra, dans les années qui viennent, trouver de nouveaux débouchés afin de pouvoir répondre à une demande croissante et dynamique. 

Les Etats-Unis et la Californie, en particulier : une source d’inspiration pour certains, obsolète pour d’autres, pour sûr, personne n’y est indifférent. 

Cet Etat restera, pour ma part, l’endroit où le vin peut s’exprimer et se vivre avec passion !

vendredi 13 avril 2012

"Harvest": un film-documentaire hommage

Du 11 au 15 avril prochain, se tient la quinzième édition du festival international du film dans la ville de Sonoma en Californie. Parmi les productions à l’affiche, Harvest, film-documentaire de John Beck, nous transporte dans les vignes du Comté de Sonoma à l’heure de la récolte 2011. Il a ainsi suivi cinq domaines familiaux de petites tailles (Robledo, Rafanelli, Foppiano, Harvest Moon, Robert Hunter), Bob Bennett, une des figures du vignoble de Sonoma et une équipe de vendangeuses originaires du Mexique durant cette période cruciale que certains ont appelé : les vendanges les plus dures de leurs vies. En voici un petit aperçu : 


Parce qu’il est assez rare de pouvoir s’imprégner de cette ambiance si particulière que sont les vendanges, que leurs réalisations sont aussi différentes par régions, par pays, Harvest nous rappelle que c’est avant tout grâce à l’effort, l’énergie, la douleur et les sacrifices, parfois, d’hommes et de femmes, que ces raisins sont récoltés et qu'ils deviendront le(s) vin(s) que de nombreux consommateurs apprécieront. 


Un film-documentaire hommage qui mérite de sortir de l’ombre !

jeudi 29 mars 2012

Avril 2012 : la Californie célèbre ses bonnes pratiques !


Comme nous avions déjà pu l’apprécier, l’Etat de Californie et son industrie du vin, plus particulièrement, se sont engagés, depuis plusieurs années maintenant, en faveur de l’environnement.

Down to Earth / Wine Institute
Afin de continuer à sensibiliser et encourager ses acteurs et ses consommateurs sur cette question cruciale, le Wine Institute, porte-parole des vins de Californie, vient d’annoncer le lancement d'une nouvelle campagne qui se déroulera tout au long du mois d’avril prochain : « California Wines: Down to Earth ». 

On peut ici voir une belle opportunité pour les vins de Californie de rendre hommage à la terre dont ils sont issus et de continuer à engager son industrie sur ses programmes de développement durable, de la vigne au verre, au travers d’une variété d’événements organisés au sein de nombreux domaines participants.

Cette initiative nous montre une nouvelle fois que la Californie, au travers de ses vins, est bien en marche et décidée à poursuivre ses actions pour une planète plus verte ! 

mercredi 28 mars 2012

Le vin : l'importance du visuel


O'Brien's Market,
Modesto, Californie
Lorsque l’on parcourt les rayons vins, que ce soit dans les grandes surfaces ou dans les magasins spécialisés, on y trouve, bien souvent, des bouteilles soigneusement alignées les unes à côté des autres, classées par catégories de couleurs, de cépages ou encore d’appellations. Aux Etats-Unis, leurs habillages sont bien souvent classiques pour les vins haut de gamme mais plutôt osés pour les vins de consommation courante. On remarquera que le choix de l’étiquetage sur papier reste toutefois largement la norme même si, par des jeux de formes, de couleurs ou au travers de leurs noms de marque, certaines vont parvenir à attirer notre attention.




Or aujourd’hui, certainement plus que jamais auparavant et aux Etats-Unis, en particulier, pour atteindre des consommateurs que nous savons ici aventureux et décomplexés, il faut savoir se différencier en bousculant, parfois, les codes traditionnels d’étiquetage des vins.


Bergin Glass Impressions
Screen Printing Gallery
C’est ainsi que des domaines de Californie, réputés pour certains comme Silver Oak ou encore St Francis, ont opté pour l’impression directe sur verre afin d’habiller leurs bouteilles. Alors que dans d’autres pays, ce procédé pourrait être considéré comme passé de mode, on entre ici dans le haut de gamme. Traditionnellement utilisée pour l’habillage des bières et des spiritueux, sa popularité est devenue grandissante pour les vins.

Cette technique, aussi connue sous l’abréviation ACL pour Applied Ceramic Label, utilisée par Bergin Glass Impressions à Napa, Californie, ou encore Monvera Glass Décor à Richmond, Californie, présente ainsi de nombreux avantages en comparaison du traditionnel papier. 


Monvera Glass Décor
Screen Printing Gallery


D’un point de vue visuel, on peut constater qu’elle offre une très grande flexibilité de design par l’espace désormais disponible pour communiquer, possible à 360°, et la large palette de couleurs pouvant être appliquée. Son impact marketing est aussi fort, la valeur ajoutée et la durabilité apportées au produit final sont certaines.  
Comme on peut l’imaginer, choisir cette technique permet également de faire disparaître des contraintes liées à l’impression sur papier, de colle et d’abrasion, notamment.
Ces bouteilles imprimées présentent également un atout certain pour l’environnement : elles se recyclent et à l’inverse du papier préservent nos forêts !
Bien sûr elles présentent un coût et sont, comme le soulignait Michael Bergin dans un article publié en octobre dernier dans le magazine Wines & Vines, à considérer pour des petits volumes, car au-delà de 60 000 bouteilles, l’impression sur papier reste plus compétitive.



Dans un marché inondé par l’étiquetage sur papier, où moins de 1% des bouteilles de vin utilisent l'impression directe sur verre, n’est-elle pas justement une alternative intéressante pour sortir de l’ombre et dans le haut de gamme, en particulier ? 

lundi 19 mars 2012

Vers une rareté des vins californiens ?

Comme le soulignait le rapport de Vineyard & Winery Management, dans son édition de janvier-février dernier, la vendange 2011 en Californie fut, pour la plupart, un véritable challenge. Des conditions climatiques difficiles, des pluies et des gelées tardives, notamment, laissaient présager un volume de récolte en baisse.


Lendemain de dégât de gel - Vignoble de Paso Robles
Octobre 2011
Suite à la publication du bulletin final de la récolte 2011, en date du 9 mars dernier par l’USDA, United States Department of Agriculture, cela s’est effectivement confirmé.

Le volume total de raisins pressés, toutes catégories confondues, s’est ainsi élevé à l'équivalent de 3 513  718 tonnes métriques, en baisse de 3% par rapport à l’année précédente. Cette baisse a été d’autant plus importante si l’on s’intéresse au volume de raisins destinés à la production de vin, comptant pour l'équivalent de 3 035 729 tonnes métriques, soient plus de 86% du total, qui a chuté de plus 6% par rapport à l’année 2010.


Source : Final Grape Crush Report 2011 - USDA
Baisse de la quantité de récolte mais augmentation du prix de la tonne qui, toutes catégories confondues, s’est envolé de plus de 8% et de près de 11% si l’on considère les variétés destinées à la production de vin.

La variabilité de ces prix est ainsi fonction du cépage considéré. Ainsi, une tonne de Chardonnay s'est évaluée à 753,95 dollars (en hausse de 5%), celle de Cabernet Sauvignon à  1 153,89 dollars (en hausse de 12%), de Zinfandel à 560,31 dollars (en hausse de 27%), alors que celle de Merlot était à 692,55 dollars (en hausse de 13%).
Ces prix varient également de façon importante par districts. Ainsi, le prix moyen par tonne a été le plus élevé sur le district 4 (Comté de Napa)  pour atteindre 3 389,82 dollars, en hausse de 5% par rapport à 2010. Le second prix moyen par tonne a été attribué au district 3 (Comtés de Sonoma et Marin) qui a atteint 2 083,08 dollars, en hausse de 4% par rapport à 2010. A l'inverse, le district 13, correspondant au sud de la vallée centrale, davantage orientée sur le volume et dont a été issue la plus grosse part de la récolte, plus de 38%, il n'était que de 326,76 dollars.

Ce qui pourrait donner le sourire à certains annonce, en fin de compte, un horizon pas vraiment serein.

En effet, on se doute bien que les américains, aujourd’hui leaders de la consommation mondiale de vin en volume pour une consommation par an et par habitant d'environ 12 litres, ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin.
Par conséquent, des années de ce type mettent une pression supplémentaire sur l’industrie, dont les niveaux de stocks n’ont jamais été aussi bas, pour trouver des raisins de qualité et à bons prix. Il faut ajouter à cela que depuis 2006, la progression du vignoble de Californie s’est ralentie. Car oui, la Californie produit du vin et donc cultive de la vigne qui reste toutefois en concurrence importante avec d’autres productions agricoles plus faciles et plus rentables comme celle des amandes, par exemple.

A moins d’une vendange exceptionnelle en 2012, la loi de l’offre et de la demande aura du mal à s’équilibrer dans ces conditions pour pouvoir répondre à une demande de vin qui reste grandissante des consommateurs finaux. 
D'autres pays connaissant, à l'inverse, des difficultés à écouler leur production, comme c'est le cas en France, n'auraient-ils pas une carte à jouer sur ce marché ?

jeudi 8 mars 2012

La Sonoma va faire parler d'elle !


La Sonoma n’est peut être pas la seconde destination touristique de Californie. Ses vins ne bénéficient peut être pas encore de la renommée mondiale de ceux de Napa. Pourtant cette région se distingue et est bien décidée à sortir de l’ombre.

Sonoma, Octobre 2011
Il faut en effet savoir qu’il s’agit d’une région viticole historique de Californie qui a fortement contribué au fondement de son vignoble. Les premiers plants de vigne y ont été ici plantés dès 1812. Buena Vista Winery y a vu le jour en 1857. Aujourd’hui propriété du groupe Boisset Family Estates, il est le plus ancien domaine de Californie en activité. Ce Comté doit également son développement à des familles qui au travers  de leurs domaines, Sangiacomo Family Estates, Robert Young Estate Winery, Sebastiani Vineyards & Winery, Seghesio Family VineyardsFoppiano Vineyards, Gundlach & Bundschu Winery, ou encore Gallo Sonoma, ont contribué, et c’est encore vrai aujourd’hui, à rendre la Sonoma si particulière.

Avec plus de 24 000 hectares plantés, le Comté de Sonoma représente tout de même 11% du vignoble de Californie en 2010 et environ 5% de sa production.

Sonoma, Octobre 2011
Sonoma County Vintners
Sa situation géographique, ses types de sol, sa topographie, son climat permettent ici la production d’une variété de cépages mais aussi de vins très typés. Alors que la Napa est plutôt réputée pour la production de vins de style Bordeaux, la Sonoma est un peu tout à la fois. Le Sud et le Centre-ouest, plus tempérés, sont idéals à la culture du Chardonnay et du Pinot Noir alors qu’au Nord-est on retrouve les cépages Zinfandel, des Chardonnay plus robustes mais aussi du Cabernet-Sauvignon et Merlot. Le Comté de Sonoma avec plus de 300 domaines en activité, est aussi très actif en termes de viticulture durable. Il compte aujourd’hui 15 appellations ou American Viticultural Areas (AVA), dont deux ont été récemment approuvées au niveau fédéral par le TTB (Pine Mountain-Cloverdale Peak et Fort Ross Seaview).

Afin de promouvoir la singularité de cette région et encourager les visiteurs à la découvrir, une campagne promotionnelle intitulée « Do you Speak Sonoma ? » a ainsi été lancée au début de l’année 2011 par le Sonoma County Tourism Bureauoffice du tourisme de ce Comté.

"Do you Speak Sonoma ?"
Sonoma County Tourism Bureau

Dans la continuité, son interprofession, Sonoma County Vintners, vient d’annoncer, au début de cette année, le développement d’une campagne de positionnement du Comté de Sonoma qui sera mise en place tout au long de cette année. Celle-ci aura deux objectifs. Tout d'abord, définir une image de marque forte pour le Comté de Sonoma afin d’encourager les consommateurs à choisir les vins de cette région plutôt qu’une autre. En effet, pour une bouteille de vin de plus de $15, leur choix se porte sur un vin du Comté de Sonoma à seulement 5%. Le second objectif est réglementaire, afin de répondre à une nouvelle exigence d’étiquetage qui sera effective en 2014. Ainsi chaque étiquette de vins mentionnant une American Viticultural Area ou appellation de ce Comté, devra également porter la mention « Sonoma County ».

Il s’agit bien là de rendre les vins du Comté de Sonoma plus compétitifs mais aussi de se concentrer sur les consommateurs afin de leur faire intégrer le concept d’appellation, qui sera ici davantage abordé et travaillé, comme le serait une marque.

Cette campagne montre, de mon point de vue,  l’attention grandissante qu’ont les américains pour leurs appellations. Aborder cette notion par la marque, continue de rendre le vin accessible au plus grand nombre, par une lecture simplifiée de sa provenance. Elle a d’ailleurs déjà fait ses preuves dans d’autres pays et régions, comme la Champagne, dont la réputation est aujourd’hui internationale.  

Alors souhaitons que cette campagne promotionnelle donne à la Sonoma et à ses vins la reconnaissance qu’ils méritent et qu’elle encourage au respect des appellations d’origine sur ce marché !

vendredi 2 mars 2012

Un avenir prometteur pour les vins américains à l'export


Au travers des récentes données publiées par le Wine Institute nous pouvons constater la nouvelle performance des vins américains sur les marchés exports.

Source : Wine Institute
L’année 2011 a ainsi vu leurs exportations, dont 90% proviennent de Californie, atteindre un nouveau record : près de 1,4 milliards de dollars, en augmentation de 21,7% par rapport à l’année passée, pour un volume équivalent à 607 200 000 bouteilles, en augmentation de 5,8% par rapport à 2010.


Source : Wine Institute
Parmi les principales destinations de ces exportations, nous retrouvons dans le peloton de tête l’Union Européenne, le Canada, Hong-Kong, le Japon et la Chine, qui en concentrent l’essentiel.

Les vins américains, au travers de la Californie, semblent ainsi avoir acquis une nouvelle place sur la scène internationale et sur des marchés où jusqu’ici les pays traditionnellement producteurs étaient en position de force. 
Nous avons ainsi pu voir que la Californie est partie à la conquête des marchés asiatiques et de la Chine, en particulier. Un autre exemple récent est celui de la Corée du Sud où ils sont en passe de détrôner les vins d’Italie


Les raisons de ce succès ?

Logo - Wine Institute

Soutenus par une campagne promotionnelle forte, ils doivent certainement cette expansion à l’abaissement des barrières à l’entrée de certains marchés comme l’Asie. 

Toutefois, si l’on regarde plus loin on s’aperçoit que les forces qu’ils déploient à l’étranger sont comparables à celle utilisées sur leur propre territoire.


En effet, comme nous avons pu le constater, la montée en puissance des américains sur le marché mondial du vin a été rapide et continue son expansion à un rythme soutenu. 

Aujourd’hui, l’industrie du vin aux Etats-Unis et en Californie, en particulier, a du poids, avec trois entreprises concentrant plus de la moitié des ventes de vins. 

De même, la consommation et la culture pour le vin y sont ici relativement naissantes. Par conséquent, c’est par la production de vins de qualité, accessibles (tant en goût qu’en prix), avec un nom de marque et un packaging accrocheurs mais aussi des outils de communication adaptés que ces groupes et domaines parviennent à atteindre une large tranche de la population, des jeunes notamment, auprès desquels leur attention est constante. 

Le fruit de ces efforts : une consommation en évolution constante depuis 1990 et qui ne semble pas prête de s’essouffler.


Avec l’objectif d’atteindre les 2 milliards de dollars de revenus à l’exportation d’ici à 2020, il ne fait aucun doute que les efforts de ce concurrent sérieux seront continus et que ces vins dits du « Nouveau Monde » ont encore un bel avenir devant eux !

vendredi 24 février 2012

Jusqu'où ira-t-on pour attirer les femmes au vin ?


Parmi les catégories de consommateurs actuellement privilégiées sur le marché du vin aux Etats-Unis, on retrouve les jeunes, appartenant à la génération dite « Millennial » mais aussi les femmes qui revendiquent également leur place dans cet univers.

http://bewinery.com/
C’est ainsi que le groupe Treasury Wine Estates, en quatrième position des principales entreprises présentes sur le marché américain selon le WBM 2011, a choisi de réunir ces deux cibles en annonçant le lancement d’une gamme de vins visant les jeunes femmes et créée par elles.
Sous le nom de marque "Be", quatre vins de cépages seront en rayon dès le mois d’avril prochain au prix de vente unitaire situé entre $9.99 et $12.99. 
Le concept : chaque vin se décline sur une émotion, ("Be Fresh" pour le Chardonnay, "Be Flirty" pour le Pink Moscato, "Be Bright" pour le Pinot Grigio, "Be Radiant" pour le Riesling). Ainsi, chaque cépage est associé à un sentiment qui les aidera à faire leur choix.

Nous avions également vu que certains acteurs de la filière avaient fait le choix de se diversifier sur le marché des vins à teneur réduite en alcool.

http://www.foodanddrinkdigital.com/
Aujourd’hui, toujours sur cette même tendance, Skinnygirl, marque à succès de cocktails prêts à boire, faibles en calories, se lance sur le marché du vin. Avec une production initiale de 2 400 000 bouteilles, trois vins d’assemblage de Californie sont annoncés pour être introduits sur le marché américain dans le courant du mois de mars prochain, au prix unitaire de $15. Cette marque, appartenant à Beam Inc, intervenant majeur sur le marché américain des spiritueux et quatrième au niveau mondial, souhaite ainsi atteindre des femmes, qui aiment le vin tout en faisant également attention à leur santé et à leur ligne.

Promouvoir le vin auprès des femmes en les invitant à s’y identifier semble être, de mon point de vue, une option plutôt sympathique, ludique et originale, qu’elles apprécieront certainement sur ce marché où sortir des sentiers battus et se différencier est souvent recherché.

A l’inverse, promouvoir le vin en mettant en avant sa faible teneur en calories, n’est-ce pas aller trop loin ?

Dans ces deux cas, espérons que ces consommatrices continueront à choisir les vins qu’elles aiment, en fonction de leurs goûts et non de leurs balances !

jeudi 16 février 2012

Une industrie du vin qui a du poids !

WBM, February 2012

Comme chaque année, la parution du WBM 30, du Wine Business Monthly, revue mensuelle américaine professionnelle du vin de grande audience, est attendue avec impatience. 
Après l’avoir moi-même parcourue, je reste fascinée par cette industrie du vin outre-Atlantique, par le poids de ses domaines et la force de ses groupes.

WBM, February 2012
Comme nous l’avions déjà évoqué, il existe des exploitations viticoles dans chacun des Etats américains dont le nombre s'élevait à 7 116 au 1er novembre 2011, 331 de plus qu’en 2010. Toutefois, ce sont bien ceux de Washington, d’Oregon, de New-York et loin devant de Californie qui en concentrent l’essentiel. Cet Etat, qui représente 90% de la production de vins aux Etats-Unis, comptabilise désormais 3 458 domaines, soit près de 49% des domaines présents sur le territoire, en progression de près de 5% par rapport à l’an passé.

Comme quoi, même en ces temps difficiles, de rigueur économique, le vin semble être épargné et continue à susciter des vocations !

Cela est d’autant plus vrai si l'on regarde, à présent, les principales entreprises qui dominent le marché. 

WBM, February 2012
Ainsi, les 30 premières entreprises, de cette industrie fortement concentrée, représentent près de 90% du volume de vins vendus chaque année aux Etats-Unis. 
Sans grande surprise nous retrouvons le peloton de tête E&J Gallo Winery, The Wine Group et Constellation Wines qui à elles trois concentrent plus de la moitié des ventes de vins sur ce marché.


Fou de réaliser que le vin aux Etats-Unis provient, essentiellement, d'un Etat, la Californie, qui, pris seul, se positionne au quatrième rang de la production mondiale ; de 30 entreprises et majoritairement de trois gros calibres !


Comme nous pouvons l’apprécier au quotidien, tous ces acteurs ont su et continuent de s’adapter à la diversité des goûts et aux différents comportements de consommation. Ils sont ainsi loin d'avoir fini de nous surprendre...

mardi 14 février 2012

Le vin pour Valentin !

Pour changer un peu de l'an passé et célébrer avec vous la fête des amoureux mais aussi de l’amitié qu’est la St Valentin outre-Atlantique, j’ai choisi cette année de vous faire partager une sélection de marques de vins qui voguent sur ce thème.

promisQous - Trade

Vous êtes plutôt promisQous ou Monogamy ? Ces deux marques de vins, développées par Canopy Management basée à Napa, ne vous laisseront certainement pas indifférents !

Vous êtes plutôt Ménage à Trois ou Folie à Deux ? Que l’on ne s’y trompe pas, ces deux marques développées par le groupe Trinchero Family Estates, sont un assemblage de trois cépages, notamment, pour la première quand la seconde nous renvoie à l’essence même du vin qui est fait pour être partagé !
Flirt Winery - Pick Us Up




Vous êtes plutôt du genre à flirter ? Pourquoi ne pas justement opter pour Flirt, marque lancée en 2010, qui de façon un peu provocante vous encourage à laisser de côté vos valeurs sûres afin de découvrir ce vin réunissant Syrah, Tempranillo et Zinfandel dans une catégorie aujourd’hui montante aux Etats-Unis, que sont les vins rouges d’assemblage.




Enfin et parce que nous en avons parlé il y a peu, TastingRoom.com, s’est aussi mis à la page en proposant le coffret "Wines for Lovers" d’Il Cuore Wine Cellars basé dans le Comté de Mendocino.

TastingRoom.com

Sans aucun doute cette St Valentin 2012 saura ravir le palais de nombreux amateurs ! Excellente fête à tous !

jeudi 9 février 2012

Promouvoir le vin par les petits formats !

L’attention portée à l’environnement par l’industrie du vin aux Etats-Unis et en Californie, en particulier, est grandissante. Bien que la bouteille en verre bouchée liège soit encore préférée des consommateurs dans ce pays, la bouteille en polyéthylène téréphtalate (PET), fermée par une capsule à vis, a su rencontrer son public.


Après avoir connu les vins conditionnés en grands formats, il semble que les petites bouteilles, d’une contenance de 187 ml, ont, à leur tour dans cette catégorie, un bel avenir devant elles.

Amcor - Media Centre
Elles ont ainsi été adoptées par le domaine Fetzer, basé à Hopland dans le Comté de Mendocino sur certains de ses vins vendus au détail, Cecchetti Wine Company, avec sa marque Redtree présente sur les compagnies aériennes, mais aussi Sutter Home du groupe Trinchero Family Estates, leader sur ce segment avec 38% de parts de marché.  Selon ces derniers, ce segment porteur enregistrait une croissance de 8,4% par an quand le marché du vin toutes catégories confondues ne progressait que de 5%.

Amcor - Media Centre
Développée notamment par Amcor Rigid Plastics, leader mondial dans la production de conditionnements plastiques rigides, cette bouteille en PET de 187 ml, pour une consommation individuelle, utilise une technologie unique développée par l’entreprise allemande KHS Plasmax GmbH permettant d’allonger sa durée de vie en rayon.
Sa matière, aussi claire que le verre, sa légèreté (1/6 du poids d’une bouteille en verre du même volume), ses nombreux bénéfices pour l’environnement, sa praticité (incassable et pouvant être emportée à tous types d’événements sportifs ou autres où le verre est bien souvent proscrit) et bien sûr sa contenance idéale pour une personne, sont certainement les principaux avantages de ces 187 ml en PET et font de cette catégorie son succès auprès de consommateurs américains qui sont aussi aventureux !

Malgré tout, il faut bien reconnaître que ces mini-bouteilles en PET restent bien souvent utilisées sur des « petits » vins, faciles à boire, qui ne vous laisseront certainement pas un souvenir impérissable et ne vous inciteront pas forcément non plus à en acheter le grand format !

C’est ainsi que depuis 2009, par le biais de partenariats avec de nombreux domaines réputés, TastingRoom.com, site de vente en ligne basé dans le Comté de Sonoma en Californie,  offre une nouvelle façon d’expérimenter le vin, qui prend aujourd’hui de plus en plus d’ampleur : le déguster avant d’acheter.

TastingRoom.com

TastingRoom.com

Par le biais de coffrets contenants 6 mini bouteilles en verre de 50 ml (l’équivalent d’une quantité adaptée à la dégustation) de la catégorie choisie, qui peut être par variétés, par régions, ou encore par domaines, accompagnées d’une présentation des vins et suggestion d’ordre de dégustation, le monde du vin se rend encore plus accessible et ce depuis votre domicile, à votre rythme et en fonction de votre budget.
L'objectif final est bien évidemment de vous amener à acheter une bouteille du ou des vins qui auront retenu votre attention, qu’il vous sera également possible d’offrir.
Un concept innovant qui apporte une nouvelle dimension à la dégustation et à la découverte du vin qui a su également convaincre les domaines qui en sont devenus partenaires.
En effet, en utilisant la technologie T.A.S.T.E (Total Anaerobic Sample Transfer Environment), le vin est ainsi transféré dans ce petit contenant sans entrer en contact avec l’air. Une mini-bouteille, à l’intéressant rapport qualité-prix (prix de départ des coffrets inférieur à 30 dollars), réplique parfaite de l’originale, pour des vins de qualité : que demander de plus ?



Les petits contenants, utilisés dans l’industrie du vin, n’avaient jusqu’alors par forcément la cote et véhiculaient, bien souvent, une image de mauvaise qualité. Aujourd’hui la tendance semble se renverser outre-Atlantique, par le développement de formules à forte valeur-ajoutée, comme nous venons de le voir.

On entend souvent dire que ce qui compte ce n’est pas le contenant mais bien le contenu, ne serait-il pas mieux de réconcilier ces deux éléments qui sont, de mon point de vue, à privilégier tout autant ?  
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...